Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Témoignages

Un grand Roi s'en est allé, sa philosophie reste

Un grand Roi s Son Altesse Royale, le Roi Bhumibol Adulyadej, nous a quittés ce 13 octobre 2016. Son absence se fait déjà sentir, ne serait-ce que par l'afflux de citoyens venus rendre leurs derniers respects au Souverain disparu.
Pourtant, sa philosophie nous reste et nous guidera, je l'espère, durant les décénies à venir.
Voici quelques extraits (d'après un article paru dans le Bangkok Post en 2006) de ses réalisations et réflections sur le principe du développement durable qui a fortement inspiré son règne.


Le Roi lui-même élabora ce principe dans un de ses discours: “Le développement doit respecter les nombreux et différents modes de vie et géographiques locaux. Nous ne pouvons pas imposer nos idées au peuple. Nous pouvons seulement suggérer. Nous devons aller à leur rencontre, trouver quels sont leurs besoins et ensuite leur expliquer précisément et complètement ce qui peut être réalisé. Afin de mettre en oeuvre un programme pouvant aider les gens, il est important de connaître les gens que vous voulez aider... il n'y a pas de raccourci. On ne peut pas aider les gens en mémorisant simplement des dossiers préparés par des centres d'études. Il faut rencontrer les gens et les aimer”.

L'expérience de première main sur le terrain, accumulée au cours des innombrables voyages de Sa Majesté aux quatre coins du Royaume, a mis en forme les principes qui gouvernent l'approche de Sa Majesté au développement rural: “Respectez la culture locale et la géographie de l'endroit. Ecoutez les gens, permettez-leur d'être vos professeurs. Pensez loin et pensez large mais rappelez-vous que le but ultime est le bien-être du peuple. Persuadez, n'imposez jamais. Et tout en cherchant à assurer une sécurité matérielle, n'oubliez pas de vous efforcer à atteindre la paix intérieure par des exercices de purification spirituelle”.

Ces messages ont été un thème constant dans de nombreux discours du Roi et dans la manière par laquelle il a dirigé plus de 2.000 projets royaux de développement depuis qu'il est monté sur le trône.

La vision de développement rural du Roi apparaît clairement dans les recherches effectuées (dans les Centres Royaux d'Etude pour le Développement) pour une agriculture intégrée libre de produits chimiques. Ces recherches pourraient être considérées comme un commentaire royal visant les politiques agricoles soutenues par les gouvernements actuels, qui contaminent sérieusement le sol, polluent les rivières et détruisent la chaîne alimentaire par l'usage lourd de pesticides et d'engrais chimiques.

La “Nouvelle Théorie Agricole” de Sa Majesté assure la promotion d'une maximisation de l'usage du terrain afin de permettre aux familles de fermiers de devenir autonomes. Reconnaissant l'importance des ressources en eau, Sa Majesté conseille d'allouer 30% de la surface à des étangs et des réservoirs. Pour la sécurité alimentaire, 30% des terres seront consacrées aux rizières. Une autre tranche de 30% sera réservée aux vergers et aux potagers. Le reste sera utilisé pour les quartiers d'habitation, les routes et autres infrastructures.
Selon Sa Majesté, le facteur clé qui permette un développement durable pour les gens et la nature réside dans l'équilibre interne des gens eux-mêmes. Un tel équilibre permet de refréner l'appât du gain tout en développant la satisfaction d'un mode de vie simple.
”Ce que nous devons nous efforcer de faire, c'est d'arriver à un état raisonnable de bien-être ou por yuan, por yoo, por khin et la paix pour le public en général”, explique-t-il dans un de ses discours royaux.
Por yuan, por yoo, por khin peut se traduire grossièrement par un état acceptable de bien-être avec sécurité alimentaire et besoins de base garantis et suffisants.

“J'ai déjà expliqué maintes fois que s'efforcer de devenir un “tigre” n'est pas notre préoccupation principale”, a déclaré Sa Majesté le 4 décembre 1997. “Ce qui est important pour nous, c'est d'avoir un standard de vie décent et suffisamment de nourriture, et d'être autonomes au niveau économique”.
“Le mot-clé, “autonome”, implique que l'on ne peut compter que sur soi-même. Il importe peu que la Thaïlande soit critiquée comme un pays retardataire tant que nous sommes capables de maintenir notre paix et notre autonomie”, insiste Sa Majesté lors d'un discours sur les réformes bureaucratiques.

Pendant plus de 50 ans, le Roi a voyagé dans tous les coins et recoins de son Royaume pour écouter les griefs de son peuple. Bien trop de fois, il a entendu des récits sur les taxes étatiques, les abus de pouvoir, les politiques inefficaces basées sur des données incomplètes, les rivalités entre les agences gouvernementales et le manque de respect pour les populations locales. Cela l'a probablement rendu plus conscient que personne du besoin qu'avait le pays d'une réforme bureaucratique.

Un autre discours en 1990 montre que l'approche holistique du Roi n'est pas limitée au seul secteur agricole. “Toutes les activités dépendent les unes des autres. Dès lors chacun doit être attentif à remplir consciensieusement sa tâche envers les autres et il faut s'aider les uns les autres”.

Malgré les conseils royaux, leur application par les agences d'Etat échouent souvent car elles oublient les directives de Sa Majesté spécifiant que le développement doit commencer par accorder la prise de décision aux gens.
Sa Majesté considère cette prise de décision comme “un élan venant de l'intérieur” c'est-à-dire un renforcement de la communauté de façon à ce qu'elle puisse devenir un partenaire actif choisissant le changement qui lui convient le mieux.

Une bonne santé et l'accès à une eau propre sont les facteurs de base essentiels pour le processus décisionnel de la communauté, insiste le Roi. Ensuite, les gens doivent avoir accès à une technologie agricole pratique et à l'information afin qu'ils puissent évoluer rapidement avec le changement.

La Nouvelle Théorie n'est pas du tout facile à mettre en pratique, comme le Roi lui-même l'admet souvent, et lorsqu'elle est implémentée, une approche flexible est essentielle.

La Nouvelle Théorie avec sa philosophie d'auto-suffisance diffère des principaux courants de pensées pour trois raisons fondamentales. Tout d'abord, Sa Majesté insiste sur la cause principale de la plupart des difficultés, qui est plus liée à la vision du monde qu'à des facteurs économiques. Ensuite, Sa Majesté insiste sur le fait que restaurer et maintenir la force du secteur agricole est une condition nécessaire pour renverser le déclin économique actuel grâce aux fermiers de petite et moyenne envergure. Enfin, l'idée d'auto-suffisance indique que les communautés locales doivent atteindre un certain degré d'autonomie financière avant de pouvoir s'investir dans l'économie de marché.

Que peut donc faire un Roi quand ses idées et ses voeux sont remis en question? Durant toutes les années pendant lesquelles il s'est investi pour développer une agriculture viable pour améliorer la vie de ses sujets, Sa Majesté a été connu pour avoir accordé une extrême importance au maintien de l'équilibre naturel.

Des commentaires ont été émis en privé sur le fait que les initiatives royales ne sont pas ouvertes à la discussion ni aux modifications. Sa Majesté répondit à ces rumeurs lors de son discours du 4 décembre 1993: “Certaines personnes disent qu'un projet royal ne peut être touché. C'est là une vision erronée ou une vision qui n'est pas vraiment juste. Si on ne peut pas faire de commentaires sur un projet royal, la Thaïlande ne peut pas se développer. Un projet royal est une opinion royale. Si une opinion royale ne peut pas être touchée, cela signifie que la Thaïlande ne peut pas progresser”.

Traduction P.v.K.

15-10-2016

 

Altesse Royale Roi Bhumibol Adulyadej Bangkok Post développement durable règne Sa Majesté purification spirituelle agriculture produits chimiques royal politiques agricoles Nouvelle Théorie Agricole sécurité alimentaire autonomes niveau économique Thaïlande

[22 autres articles dans la rubrique Dossier du Mois]      [12 autres articles sur le theme Témoignages]      [46 autres articles dans le secteur Thaïlande]

réaction aux articles du siamois

Archives

En passant

En passant Belle et dangereuse Un Yak femelle monte la garde au Wat Phranang Sang de Thalang. Comme si son aspect redoutable ne suffisait pas, on lui a ajouté un M16 pour définitivement décourager les gens malintentionnés. Beaucoup d'Européens s'imaginent que la majorité des Thaïlandais pratiquent une religion non-violente.

[Lire la suite]07-07-2013

Le survivant

Le survivant Le bistrot tropical sur la plage, les pieds dans l'eau... qui n'en a pas rêvé. Quand l'an 2000 est arrivé plein de promesses, Chouchou a eu l'occasion de réaliser ce fantasme en faisant l'acquisition du "Rescator" sur la plage de Kata Noï. Il avait payé l'acompte et se préparait à quitter sa Belgique natale pour vivre l'impossible aventure de l'Européen au Pays du Sourire...

[Lire la suite]23-06-2013

Ca sait masser, un Farang?

Ca sait masser, un Farang? Phuket - Menton: ça marchera peut-être "Il y a quelques années, je me demandais comment arrondir les fins de mois pendant la basse-saison, quand notre hôtel est presque vide", m'explique Jeff qui dirige le Ban Elephant Blanc à Kata.

[Lire la suite]19-06-2013

C'est au pied de la muraille qu'on voit la maçonne

C Tous ceux qui ont tenu un hôtel, petit ou grand, le savent bien: en cas de panne électrique, de fuites ou de dégradation, il n'y a pas de temps à perdre quand on veut éviter que les hôtes aillent voir ailleurs.

[Lire la suite]19-06-2013

L'autre visage de l'Immigration

L Après une vie de pilote de chasse puis de pilote de bombardier à la Royal Air Force, puis de pilote de ligne sur 747 pour plusieurs compagnies, Keith s'offre pour sa retraite le sloop à bord duquel il fera le tour du monde. Mais voici que Yoko, son épouse, attend un enfant.

[Lire la suite]19-06-2013

Un certain regard...

Un certain regard... Un des plus grands plaisirs pour Christophe, c'est quand un touriste lui écrit qu'il a passé des vacances extraordinaires à Phuket grâce aux informations fournies par Rawai.fr. Lors d'un entretien à bâtons rompus, il m'a raconté comment il avait été amené à créer ce site. "Ca m'a pris vers 10 ou 12 ans.

[Lire la suite]19-06-2013

Les anges gardiens de Chalong

Les anges gardiens de Chalong En cas de catastrophe, d’accident ou de maladie, ils sont là pour intervenir et aider leur prochain, sans distinction de race, de religion, de fortune ou de classe sociale : ce sont les secouristes.

[Lire la suite]17-06-2013

De Bangkok à Miami

De Bangkok à Miami J'ai connu Mem il y a 15 ans: elle avait une quarantaine d'années et traînait alors à Phuket avec pour tout bagage un diplôme de masseuse et des connaissances en remèdes traditionnels de médecine chinoise. Voici son histoire. "Mon ex-mari et moi, nous étions dans les affaires à Bangkok, dans la confection et les tissus.

[Lire la suite]17-06-2013

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent.

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent. J'avais rendez-vous avec un pote le premier décembre mais il était allé à l'inauguration d'un nouveau magasin à la lisière de Chalong et Rawaï. J'y suis passé par la suite et ça m'a permis de rencontrer les propriétaires des lieux: Jérémy et son père Gabriel.

[Lire la suite]17-06-2013

Conte de Noël

Conte de Noël Un simple hasard, une décision prise sur un coup de fantaisie peuvent parfois changer le cours d'une vie. Ecoutons donc Blaise qui nous raconte son histoire. "Je parlais sur Skype avec mon fils qui travaille comme informaticien en Nouvelle-Zélande. Il avait deux semaines de vacances et proposait que nous nous rencontrions quelque part.

[Lire la suite]17-06-2013

[Articles antérieurs]