Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Traditions

La Thaïlande, ses esprits et ses fantômes

La Thaïlande, ses esprits et ses fantômes Les fantômes (phǐi) sont bien présents en Thaïlande. Les cinémas sont certains de faire salle comble à la séance inaugurale d'un nouveau film de fantômes ou lors de la rediffusion d'un ancien succès. A la télévision, les histoires de fantômes sont extrêmement populaires et couvrent plusieurs genres différents, du plus comique au plus sanglant. Cependant, s’il est bien un sujet avec lequel on ne plaisante pas en Thaïlande, ce sont les fantômes. Si on insiste, la majorité de la population thaïlandaise admettra croire aux fantômes et nombre seront ceux qui affirmeront en avoir rencontrés. Ce phénomène n'est pas seulement réservé aux personnes âgées vivant dans les campagnes profondes mais imprègne également les universitaires et les gens de tous milieux, surtout s'ils sont originaires de l'Isan (Nord-Est).


Les esprits sont partout en Thaïlande, à commencer par les maisons des esprits (san phra phum), compléments indispensables de chaque habitation. Ces maisons se présentent sous forme de maisons thaïes traditionnelles miniatures, destinées à abriter les Seigneurs des lieux, les pra phum (langue formelle) ou chao thi (langue populaire). Ils sont chargés d’éloigner les mauvais esprits et sont symbolisés par de petites figurines dont on prend soin en leur offrant quotidiennement de la nourriture, des boissons, de l’encens et des fleurs. La Maison des Esprits doit être installée avant le début des travaux de construction. Elle doit être placée en hauteur, à l’extérieur du bâtiment, près de la porte principale, orientée au Nord, en dehors de la zone d’ombre projetée par la maison.

Il existe beaucoup d'esprits néfastes en Thaïlande et tous sont craints pour les différentes menaces qu'ils représentent. Pour combattre cette prolifération d'esprits malins, la Thaïlande a ses propres chasseurs de fantômes, les mǒø phǐi. Différentes techniques sont utilisées selon le fantôme rencontré et certains mǒø phǐi ont acquis une grande renommée.

Mais quelles sont ces créatures surnaturelles qui inspirent une telle peur aux Thaïs? A quoi ressemblent les fantômes au Pays du Sourire? Tour d’horizon des différents esprits hantant les nuits thaïlandaises.

Phǐi Am




Quand un homme a du mal à respirer pendant son sommeil, les Thaïlandais disent que Phǐi Am dort sur sa poitrine. Cette croyance dans le fantôme d'une veuve tourmentant les hommes pousse certains de ceux-ci (surtout en Isan) à se mettre du rouge à lèvres avant d'aller se coucher afin que Phǐi Am les prenne pour des femmes et les laisse tranquilles.
Cette histoire est moins amusante quand on sait qu'elle repose sur une théorie scientifique qui associe la croyance en Phǐi Am au syndrome de Brugada, un syndrome de mort subite nocturne affligeant les hommes du Sud Est Asiatique aux environs de la quarantaine, dû à une anomalie génétique



Phǐi Pret



Pret est un esprit affamé errant dans les ténèbres à la recherche d’humains susceptibles de lui faire une offrande.
Il a la taille d’un arbre, est très maigre, dispose de mains géantes et d'une toute petite bouche de la taille du chas d'une aiguille, qui ne lui permet jamais d’atteindre la satiété et le maintient dans un état de souffrance permanent.
Cette malédiction associée à sa vie terrestre faite de violence et de blasphèmes, le rend furieux et agressif.





Phǐi Porp




Porp est maître dans les arts noirs.
Il utilise ses pouvoirs maléfiques pour posséder des personnes qu’il dévore ensuite de l’intérieur en digérant lentement leurs viscères. Les individus possédés par Porp deviennent cruels et imprévisibles.
Seul un rituel pratiqué par des mǒø phǐi peut sauver la victime de Porp: l'exorciste pratique une danse ressemblant à celle des derviches tourneurs.
Lorsque la danse atteint son crescendo, l'esprit est emporté par le tourbillon hors du corps qu'il a envahi.








Phǐi Tai-Thung-Klom






Tai-Thung-Klom est le fantôme d’une femme morte durant un accouchement. Elle hante généralement le lieu où elle est décédée.
Assise au sommet d’un arbre, elle berce un landeau vide en chantonnant une berceuse dans les ténèbres…










Phǐi Fah





Fah est un esprit d’Isaan capable de guérir et d’infliger des maladies mortelles.
Pour s’attirer les faveurs de Fah, un rituel dansant et chantant est réalisé.





Phǐi Hua-Kad



Hua-Kad est l’esprit d’une personne décapitée au combat, lors d’une exécution ou d’un accident et qui erre dans la nuit en terrorisant les vivants.
Ses motivations sont variables.






Phǐi Tani





Esprit séducteur et extrêmement jaloux, Tani prend la forme d’une femme séduisante à la recherche d’hommes avec lesquels faire l’amour.
Si ces hommes se mettent ensuite en couple avec une autre femme, Tani les tuera immédiatement par pure jalousie.
Tani étant réputée séjourner dans les bananeraies, on dit qu'il est parfois possible de la voir lorsque les bananiers fleurissent.










Phǐi Kra-Sue





Kra-Sue est un fantôme particulièrement vil. Il prend la forme d’une tête de femme sous laquelle flottent des viscères luminescents, qui se cache pendant la journée dans le corps d’une vieille.
Cet esprit aime à dévorer les viscères des jeunes femmes venant de donner naissance, avalant par la même occasion le bébé nouvellement né.
Pour venir à bout de Kra-Sue, il faut tuer le corps humain dans lequel l’esprit se cache. Il n’existe pas d’exorcisme.









Phǐi Tai Hong



Tai Hong est le fantôme d’une personne décédée de mort violente.
C’est un esprit torturé et haineux au tempérament versatile qui harcèle les vivants une fois la nuit tombée.






Phǐi Tôn Máy



À la vue d’arbres entourés de grands morceaux de tissu, les Thaïs reconnaissent la résidence des fantômes des arbres (Phǐi Tôn Máy), qui sont parfois des esprits féminins (Nâng Máy).






Phǐi Phrai






Phrai prend la forme d’une femme luminescente hantant les eaux des lacs une fois la nuit tombée. Malheur à celui qui croisera son chemin car il finira noyé, son âme condamnée à servir Phrai pour la nuit des temps.









Il existe une multitude de fantômes en Thaïlande mais les principaux sont nommés ci-dessus. Vous disposez à présent d’une solide base de connaissance occulte. Utilisez-la pour aborder le sujet avec des Thaïs: le thème les effraie et les passionne à la fois. Ils vous raconteront assurément une ou deux histoires de leur cru à vous glacer le sang !

Pour se protéger des mauvais esprits et pour avoir de la chance, les Thaïs portent des amulettes (phra kreuang) ou se font tatouer des symboles protecteurs.

Il peuvent aussi demander à un moine de dessiner ces symboles sur les murs de leur maison ou sur le plafond de leur voiture. Pour certains, la participation des moines à ces rites n’entre pas vraiment dans le cadre du bouddhisme traditionnel. Cependant, même si la Thaïlande est un pays très majoritairement bouddhiste (95 % de la population), les Thaïlandais ne sont pas avares de cultes ni de superstitions. Ils vénèrent aussi de nombreuses divinités hindoues et conservent diverses croyances animistes, dont les fameux esprits.


P.v.K. d'après Thaïlande-Infos.net, Thaïlandefr.com et EzineArticles.com

23-06-2013

 

Thaïlande esprits fantômes sanglant thaïlandaise Isan maisons san phra phum thaïes traditionnelles Seigneurs chao thi mauvais encens Maison Esprits néfastes mǒø phǐi créatures surnaturelles peur Thaïs Pays Sourire nuits thaïlandaises Am femmes syndrome Brugada mort subite nocturne Sud Est Asiatique anomalie génétique Pret affamé ténèbres offrande souffrance malédiction associée violence blasphèmes Porp arts noirs maléfiques posséder dévore viscères possédés cruels imprévisibles rituel victime exorciste derviches tourneurs Tai-Thung-Klom femme morte accouchement ténèbres Fah Isaan maladies mortelles Hua-Kad décapitée terrorisant Tani séduisante faire l’amour jalousie Kra-Sue exorcisme Phǐi Tôn Máy féminins Nâng Máy Phrai Malheur noyé âme condamnée Tai Hong torturé haineux connaissance occulte amulettes phra kreuang tatouer symboles protecteurs moine moines rites animistes bouddhisme traditionnel bouddhiste croyances superstitions divinités hindoues

[22 autres articles dans la rubrique Dossier du Mois]      [5 autres articles sur le theme Traditions]      [46 autres articles dans le secteur Thaïlande]

réaction aux articles du siamois

Archives

Pas d'alcool dans les bars pour Visakha Pucha

Pas d Ce 24 mai sera un jour férié dans la plupart des pays bouddhiques qui célèbreront Visakha Pucha. Visakha Pucha correspond au jour de la pleine lune du mois hindou Vaisakha. Il s’agit de la fête la plus importante du calendrier bouddhique, qui commémore le jour où le Bouddha a atteint le stade de l’illumination Visakha Pucha est un jour très important dans la tradition bouddhique.

[Lire la suite]23-06-2013

Les tatouages sacrés

Les tatouages sacrés En juin dernier, la Thaïlande s'est soudain préoccupée de l’utilisation d’objets sacrés ou d’êtres saints dans le bouddhisme et les autres religions comme motifs de tatouage par un certain nombre de touristes étrangers qui viennent en vacances en Thaïlande.

[Lire la suite]23-06-2013

Sexe symbole

Sexe symbole Parmi les nombreuses amulettes que l’on trouve en Thaïlande, il en est une sorte que les touristes remarquent particulièrement: les palad khik, en raison de leur forme de pénis. La plupart y voient un symbole de la tolérance du peuple thaï vis-à-vis du sexe, mais bien peu en connaissent la signification réelle.

[Lire la suite]23-06-2013

Sur des airs d’Orphée

Sur des airs d’Orphée Nous sommes dans la Chine impériale des Ming. Un homme arpente les rues de Nankin au petit matin pour aller boire une tasse de thé. Il porte une cage abritant un oiseau qui n’a de cesse de chanter durant tout le trajet. Son chant semble sortir tout droit du paradis et les passants se laissent bercer par ses mélodies.

[Lire la suite]19-06-2013

Les liens qui unissent les Thaïs: le Sai Sin, cordon sacré

Les liens qui unissent les Thaïs: le Sai Sin, cordon sacré Lors de certaines cérémonies bouddhistes en Thaïlande, telles que l’inauguration ou la bénédiction d’une maison, un Sai Sin est placé sur un plateau à pied devant les autels. Pour marquer le périmètre cérémonial, la boule est déroulée à travers une fenêtre et tout autour du bâtiment à une hauteur appropriée. Ensuite, la boule est replacée devant l’autel.

[Lire la suite]17-06-2013