Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Gastronomie

Yohoho... et une bouteille de rhum!

Yohoho... et une bouteille de rhum! Un verre de 'Ti Punch à la main, je ferme les yeux pour permettre aux saveurs de faire remonter des images du passé: une case sur la plage de Marigot, à Saint-Martin, devant laquelle de jolies créoles ondulaient en lançant des sourires. Le goût est là, les souvenirs sont intenses mais, même si le soleil brille et que la brise de mer souffle dans les palmiers, je ne suis plus aux Antilles. Autour de moi, la peau des filles a le doré du caramel au lieu du velouté du chocolat; c'est Job2Do qui chante au lieu de Bob Marley: je suis à Kata, sur la terrasse de Chez Chouchou, et je découvre le rhum Chalong Bay.

"Va donc les voir, m'a dit Chouchou, ce sont deux jeunes Français qui ont monté une distillerie à Chalong dans le coin du Soy Palaï, sur la route du Zoo".
C'est ainsi que j'ai rencontré Thibault et Marine qui ont relevé le défi de produire à Phuket un rhum agricole d'une qualité comparable à celle des meilleurs crus antillais.

Les origines
Marine a 26 ans. On peut dire qu'elle maintient la tradition familiale puisque ses parents sont dans la distillation et la distribution internationale d'alcools et spiritueux.
Elle m'explique d'où est venue cette idée apparemment saugrenue de faire du rhum en Thaïlande: "On pense souvent que la canne à sucre vient d’Amérique mais elle est en fait originaire d’Asie du sud-est. Elle a été acheminée entre l’Asie et l’Europe par les routes commerciales au 8e siècle. C’est finalement Christophe Colomb qui a introduit la canne à sucre aux Amériques au 15e siècle. Les premiers rhums ont été fabriqués aux Caraïbes et un grand nombre des meilleurs rhums proviennent de cette région aujourd’hui. Il nous a semblé intéressant de ramener le rhum dans le berceau originel de la canne à sucre".

Thibault a 27 ans. Si on peut dire que Marine est née dans un alambic, Thibault a plutôt vu le jour dans un tonneau. Ses parents ont une exploitation vinicole dans la fameuse région de Bandol, dans laquelle il a travaillé dès ses douze ans.
Il complète les explications de Marine: "La Thaïlande est le quatrième producteur de cannes à sucre au monde, derrière le Brésil, l'Inde et la Chine. On y trouve plus de 300 variétés différentes dont certaines sont uniques à la Thaïlande. C’est donc le pays rêvé pour créer un rhum de qualité, d’autant que c’est un segment de marché qui n’est pas exploité par les producteurs locaux. On trouve beaucoup d’alcools fabriqués en Thaïlande, principalement pour le marché de masse. Les alcools blancs de qualité supérieure sont importés".

La création
Marine enchaîne: "La canne à sucre thaïlandaise est utilisée principalement pour l’industrie sucrière. La grande majorité des alcools de type "rhum", produits localement ou importés, sont fabriqués à partir de mélasse, un résidu de l’industrie sucrière. Il existe en effet deux façons de produire du rhum et par conséquence deux types de rhums bien distincts: les rhums industriels et les rhums agricoles. Les rhums industriels sont fabriqués à partir de mélasse, ce qui donne lieu à des rhums blancs peu fruités. Les rhums agricoles sont distillés à partir de pur jus de canne à sucre, et sont par conséquence beaucoup plus savoureux et fruités mais beaucoup plus coûteux à la production. Nous utilisons des cannes à sucre sélectionnées: nous les pressons pour en obtenir le jus que nous fermentons dans des conditions rigoureusement contrôlées. Puis vient la distillation".

Thibault ajoute: "Notre alambic vient de France, d’un fabriquant réputé dans l’industrie de la distillation. Le propriétaire âgé de plus de 85 ans, a tenu à assister à la mise en place de l’alambic. Nous utilisons un alambic armagnacais, à colonne, qui permet de produire un alcool fruité et très pur. Nous faisons en sorte d’obtenir un rhum à 65 degrés d’alcool, que nous coupons ensuite avec de l’eau pour descendre la teneur en alcool puisque la loi thaïlandaise impose un taux maximal de 40 degrés".

Et Marine de préciser: "La fermentation - le processus pendant lequel le glucose contenu dans le jus de canne à sucre est transformé en éthanol par des levures spécifiques - est une étape délicate et cruciale dans la production de rhum. Elle joue un rôle déterminant sur le rendement obtenu et sur les saveurs du produit final. Nous avons sélectionné une souche de levure spécifiquement adaptée à la production de rhum et aux conditions climatiques de la Thaïlande. Nous contrôlons l’évolution de la fermentation dans notre laboratoire et nous nous assurons que les levures suivent leur cycle de vie optimal, meilleure arme contre le développement de bactéries. Chaque étape de ce contrôle suit un protocole particulièrement rigoureux".

Les acteurs
Outre l'importance de la tradition familiale chez chacun et la pratique qu'ils ont acquise dès leur plus jeune âge grâce aux activités de leurs parents, Thibault et Marine ont également emmagasiné un sérieux bagage théorique au cours de leurs études. Le petit garçon qui aidait ses parents à faire du vin à Bandol et se passionnait pour l'ingénierie a obtenu un diplôme d’école de commerce; tandis que la fillette qui suivait ses parents de pays en pays pour la distribution des alcools, a plutôt opté pour des études scientifiques en chimie et biologie couplées d’étude en management. Que de tels talents se rencontrent pour créer un rhum agricole en Thaïlande tient du miracle.

Tous deux sont depuis longtemps attirés par l'Asie du Sud-Est et plus particulièrement par la Thaïlande où ils ont fait de nombreux séjours. C'est en 2004, lors du Tsunami qui a tué les trois quarts de gens dans l'hôtel où elle passait ses vacances à Kao Lak, que Marine découvre la bonté profonde des Thaïlandais. Elle aussi, elle aide comme elle peut ceux qui ont tout perdu et montrent, l'âme mise à nu, toute la gentillesse qui les habite. Elle n'a jamais oublié ce sentiment de fraternité dans la détresse: huit ans plus tard, c'est à Phuket qu'elle s'installe avec Thibaut.

Le projet
"Notre objectif est de faire de Chalong Bay un des fleurons des rhums blancs de Thaïlande et d'Asie, présent sur la scène internationale. Seuls très peu d’alcools sont reconnus en Europe, comme le saké ou le whisky japonais. On peut dire que sur le plan des alcools blancs Premium, l'Asie est assez pauvre. Or les Asiatiques sont de grands consommateurs mais ceux qui désirent de la qualité et ont les moyens de se l'offrir, ne consomment que des alcools importés d'Europe ou des Amériques".

"Notre projet a intéressé beaucoup de gens en Thaïlande, ajoute Marine, non seulement dans le milieu de la nuit et de la distribution d'alcool mais aussi de la part des autorités, tant locales que nationales. Nous sommes la seule distillerie de Phuket et notre rhum a passé avec honneur tous les tests officiels de contrôles scientifique et gustatif. Je ne dirai pas que l'obtention des licences de production et de vente a été facile car le protocole légal est très rigoureux. Cependant, en nous appliquant à le suivre point par point, nous sommes arrivés au bout de nos peines."

"Il faut aussi dire que nous avons obtenu un réel soutien de la part des autorités, précise Marine. De plus, comme nous ne nous attaquons pas au marché local de base qui est principalement constitué par les amateurs d'alcool brun (le whisky thaï), nous ne faisons concurrence à personne."

L'avenir
"La route est encore longue, explique Thibault. Beaucoup de Thaïlandais ont un a priori négatif face aux alcools blancs distillés dans leur propre pays. C'est grâce à des dégustations organisées lors d’évènements, de formations organisées chez nos clients et à la distillerie, que nous espérons les faire changer d'avis. Notre bar mobile est donc présent lors d'inaugurations de boîtes de nuit et d'autres événements ponctuels. Dans les jours qui viennent, par exemple, nous monterons un pavillon au PIMEX qui est fréquenté par de nombreux plaisanciers, équipages et curieux."

"Nous avons heureusement déjà récolté une médaille d'argent au Concours International des Vins et Spiritueux de Hong Kong (HKIWSC 2012), qui est la plus grande compétition d'Asie dans ce domaine, poursuit Marine. Chalong Bay y a été classé premier dans la catégorie des rhums blancs! Nous y avons vu la preuve que le résultat acquis est à la hauteur de nos espérances et du travail fourni. Nous envisageons maintenant de participer à des concours en Europe et, peut-être, de demander l'agrégation au label "Bio" en France. Après tout, notre rhum est purement le résultat de la distillation du jus de cannes à sucre. Et même nos bouteilles sont en verre recyclé."

Pourquoi Phuket?
"Sur le marché national, explique Marine, il existe six grands centres où on consomme massivement des alcools blancs Premium, c'est-à-dire importés: Bangkok, Phuket, Chon Buri (Pattaya), Chiang Mai, Krabi-Phang Nga et l’archipel autour de Koh Samui. Phuket est en fait le plus gros consommateur après Bangkok. Nous aurions pu nous installer dans la capitale mais plusieurs raisons nous ont fait préférer Phuket: d'abord, toute l'industrie thaïlandaise de la distillation est concentrée autour de Bangkok. Ensuite, Phuket offre une ouverture aux marchés local (Thaïlandais et expatriés) et international (touristes), donc plus de possibilités de faire connaître notre produit. Enfin, nous estimons que l'idée qu'on se fait du rhum doit être associée à une île: c'est plus romantique."

"C'est pour cela que nous avons mis la silhouette de l'île de Phuket sur nos étiquettes, avec un fond de vieille carte marine, rigole Thibault. Il fallait également trouver un nom évocateur pour notre rhum, toujours associé à la tradition maritime. Or quoi de plus marin que la baie où les équipages viennent se reposer après une longue traversée. Nous voulions aussi trouver un nom ayant un sens en Thai. “Chalong” (ฉลอง) signifie “célébration”, et incarne merveilleusement l’univers festif de Phuket et du produit que nous avons développé, d’où The Spirit of Phuket, entre l’esprit et le spiritueux".

Une baie de la fête? Le Chalong Bay était né!



La distillerie Chalong Bay est ouverte chaque jour (sauf le dimanche) et organise, pour 250 Bahts par personne, des visites guidées de 16 à 18 heures avec dégustation de rhum pur et du cocktail du jour.

P.v.K. avec Thibault et Marine - Photos gracieusement fournies par la distillerie Chalong Bay

23-06-2013

 

Thaïlande Thaïlandais Thaïlandaise Thaï Thaïe Thaïlandaises thaïlandaise thaïlandaises thaïlandais Thaïs Thaïes thaï thaïs thaïe thaïes Phuket information informations francophone francophones belge Belge belges Belges Suisse suisse suisses Suisses Françaises Français françaises française français \'Ti Punch case plage Marigot Saint-Martin jolies créoles soleil brise mer palmiers Antilles filles Job2Do Bob Marley Kata Chez Chouchou Chalong Bay Français distillerie Soy Palaï rhum agricole antillais distillation internationale alcools spiritueux Thaïlande canne à sucre Amérique Asie sud-est Europe Christophe Colomb Amériques rhums Caraïbes exploitation vinicole Bandol cannes Brésil Inde Chine industrie sucrière mélasse alambic France armagnacais colonne alcool fruité 65 degrés fermentation glucose éthanol levures saveurs bactéries vin ingénierie école commerce études scientifiques chimie biologie management Tsunami hôtel vacances Kao Lak Marine Phuket Thibaut saké japonais Asiatiques aut

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [6 autres articles sur le theme Gastronomie]      [9 autres articles dans le secteur Chalong]

réaction aux articles du siamois

Archives

Le fruit défendu

Le fruit défendu Ma première rencontre avec le durian a eu lieu il y a presque un quart de siècle à Aberdeen, dans la banlieue d'Hong Kong. Je m'en souviens encore. Un bâtiment de 3 étages en béton lépreux abritait un marché local. C'était mon premier passage en Asie et mon premier marché asiatique: il ne fallait pas que je rate ça.

[Lire la suite]23-06-2013

Coup de coeur pour “Le Celtique

Coup de coeur pour “Le Celtique Depuis dix ans, je me régale des plats préparés par Bertrand et son équipe: du jarret de porc à la délicieuse salade landaise en passant par les crêpes à la farine de sarrasin. Mmmmmmiam! Chaque fois que je suis à Phuket, rendre visite à Bertrand et Lek est un plaisir incontournable pour moi, surtout depuis leur installation loin du brouhaha de Kata.

[Lire la suite]17-06-2013

Un whisky glace et des vers bambous, s’il vous plaît

Un whisky glace et des vers bambous, s’il vous plaît Dans les pays occidentaux, la clientèle des bars grignote des bretzels et des cacahuètes pour accompagner ses verres de bière. En Thaïlande, ce sont les grillons, les vers bambous et autres insectes que l’on trouve à la place.

[Lire la suite]17-06-2013

Un coin de Suisse tropicale

Un coin de Suisse tropicale Depuis 17 ans que Peter Berger vit à Phuket, il a toujours conservé un petit bout de Suisse auprès de lui. Tous les francophones l'appellent Pierre. Je l'ai connu dans son premier restaurant, le Coconut Garden, qu'il a tenu à Kata pendant près de neuf ans.

[Lire la suite]17-06-2013

Renaître grâce à la cuisine

Renaître grâce à la cuisine Cela faisait des années que je n'avais plus vu Daing. Peu après le décès de son mari, René Leduc, elle a fermé La Mousson, le meilleur restaurant français de l'île, qu'ils avaient tenu ensemble pendant 10 ans. Quand j'ai appris qu'elle avait repris le tablier et ouvert une nouvelle Mousson, je suis passé lui dire bonjour.

[Lire la suite]17-06-2013

Coup de gueule contre les restos farangs ratés

Coup de gueule contre les restos farangs ratés Bon sang, lorsque je décide de manger farang, c’est à dire de la cuisine occidentale, ce n’est pas pour me taper du fast food ou autre malbouffe rapide faite d’aliments “préconditionnés”, si pas “prémâchés”, et de légumes en boîte. Je dois dire que ces restaurants fleurissent un peu partout et qu’ils sont heureusement assez faciles à reconnaître.

[Lire la suite]06-06-2013